La transparence

La transparence est fondamentale – tout au long de l’ensemble de la procédure d’acquisition

L’évaluation finale fait partie intégrante de chaque acquisition. Aucune convention de vente ou d’achat n’est signée tant qu’elle n’a pas eu lieu, depuis sa mise en place par Jürgen Ehrlich à l’époque de DIFA. Ces évaluations ont lieu 30 à 40 fois par an.
 

« Un grand nombre de décideurs, internes et externes, interviennent dans le processus d’acquisition d’un bien. Toute la panoplie des savoir-faire internes et externes se trouve réunie lors de l’évaluation finale, et tous les éléments sont mis sur la table une dernière fois. » précise Dr. Frank Billand, ancien cadre de l’équipe de direction chez Union Investment Real Estate GmbH. C’est en s’appuyant sur ces analyses et évaluations approfondies que les gros travaux de rénovation, les éventuels risques, et les possibles concessions de prix sont identifiés puis examinés, et le cas échéant inclus dans le contrat de vente et d’achat.

Une préparation méticuleuse

Toutes les études et les négociations doivent être achevées à titre provisoire avant l’examen final, car chaque information disponible sur l’éventuelle acquisition est prise en compte dans le processus décisionnel. « Nous nous assurons que le bien ne réserve aucune surprise, que ce soit pour nous ou nos investisseurs. L’évaluation finale est un outil important d’assurance et de gestion de la qualité de nos actifs. Il est devenu un élément immuable » signale M. Billand. Toutefois, le bon déroulement de l’examen final ne signifie pas que le travail est terminé : un procès-verbal est établi pendant la réunion, et contient généralement une longue liste de mesures à prendre.

 

Il est distribué à la toute fin de la rencontre. Chacun a ainsi connaissance de ce qui doit être fait avant que la convention d’achat et de vente ne puisse être signée. Avec quelque 30 à 40 transactions d’achat par an, les réunions pour évaluations finales figurent au premier plan du planning des experts concernés dans les départements de gestion du fonds, de gestion des investissements, de gestion des actifs et d’estimation. La mobilisation du savoir et de l’expérience de spécialistes externes, en matière de recherche, de technique et de l’environnement, renforce la transparence de la procédure d’acquisition. « C’est en quelque sorte une épreuve » ajoute M. Billand, « et chacun en connaît la valeur. »